10 raisons de procéder à la mise à niveau dès maintenant. 

On estime à 1,5 million le nombre d'instances exécutant actuellement Windows Server 2003 à travers le monde. Les entreprises qui continuent à utiliser ce système d'exploitation bientôt obsolète seront confrontées à de nombreux défis en matière de performances, de coûts, de sécurité, de maintenance et de conformité si elles ne mettent pas à niveau leur système après la date limite de prise en charge.

 

Windows

 

Découvrez ci-dessous les 10 avantages relatifs à la mise à niveau au sein d'une entreprise :

 

1) Réduction de la vulnérabilité aux violations de données

La protection contre les violations de données ne peut être garantie, comme en témoignent les nombreuses violations de haut niveau survenues au cours de l'année 2014. Toutefois, elles peuvent être limitées. Les pirates informatiques cherchent constamment à infiltrer le système des entreprises, et celles qui utilisent Windows Server 2003 deviendront les principales cibles de ces derniers, puisqu'elles ne seront pas protégées contre les vulnérabilités et menaces d'exploitation immédiates.

 

2) Respect des normes de conformité

L'absence de mise à niveau depuis Windows Server 2003 pourrait s'avérer catastrophique si une violation de données survient après le 14 juillet.

D'après la législation actuelle au Royaume-Uni sur la protection des données, une entreprise peut se voir infliger une amende pouvant atteindre 500 000 GBP en cas de perte de données. Les propositions de loi relatives à la protection des données de l'Union européenne, susceptibles d'entrer en vigueur dès 2016, pourraient instaurer des amendes pour perte de données à hauteur de 5 % du chiffre d'affaires, avec des pénalités plus sévères en fonction du degré de responsabilité de l'entreprise. L'exécution de logiciels non pris en charge augmentera le risque pour les entreprises d'avoir à payer des amendes plus élevées.

 

3) Diminution des coûts d'exploitation

Les entreprises qui continueront à exécuter Windows Server 2003 après la date limite verront leurs dépenses augmenter, selon le cabinet IDC. Les frais d'exploitation devraient vraisemblablement augmenter d'un maximum de 80 % du budget total des datacenters d'ici à 2018. Les conséquences à plus long terme pourraient être de taille, car l'entreprise serait amenée à réduire ses dépenses dans d'autres secteurs pour compenser les déficits au niveau du budget des services informatiques.

 

4) Déploiement d'une infrastructure Cloud hybride flexible

Plusieurs options d'infrastructure sont disponibles avec la dernière version de Windows Server 2012 R2, dont la prise en charge du Cloud hybride qui constituera probablement une alternative séduisante pour de nombreuses entreprises.

Le Cloud hybride offre plus de flexibilité aux services informatiques, en permettant aux charges de travail d'être traitées sur site ou hors site. Une capacité supplémentaire peut être ajoutée temporairement pour gérer les pics d'activité, ou indéfiniment si l'entreprise se développe.

Les organisations peuvent également recourir à un service Cloud pour héberger la charge de travail.

 

5) Suppression des frais élevés d'assistance personnalisée

L'exécution d'une infrastructure de serveurs obsolète, non prise en charge et non conforme obligera les entreprises à payer pour une assistance personnalisée coûteuse. Il sera également difficile ou onéreux pour elles de s'assurer contre la perte de données ou autres pertes indirectes.  

 

6) Simplification de la maintenance

Les coûts de maintenance des anciens serveurs exécutant Windows 2003 vont augmenter. Les pièces deviennent en effet difficiles à trouver et le personnel informatique ainsi que les consultants experts se font rares, sans oublier que leurs tarifs sont élevés.

La dernière version de Windows Server est compatible avec les outils de surveillance des datacenters, dont les appareils de gestion du refroidissement et les capteurs de chaleur pour maîtriser les coûts d'exploitation.

Sans changement d'approche, les coûts de main d'œuvre liés à l'administration et à la gestion manuelles des serveurs (« bare metal » et plus particulièrement des machines virtuelles), augmenteront de 19 % entre 2013 et 2018.

 

6) Simplification de la maintenance

Les coûts de maintenance des anciens serveurs exécutant Windows 2003 vont augmenter. Les pièces deviennent en effet difficiles à trouver et le personnel informatique ainsi que les consultants experts se font rares, sans oublier que leurs tarifs sont élevés.

La dernière version de Windows Server est compatible avec les outils de surveillance des datacenters, dont les appareils de gestion du refroidissement et les capteurs de chaleur pour maîtriser les coûts d'exploitation.

Sans changement d'approche, les coûts de main d'œuvre liés à l'administration et à la gestion manuelles des serveurs (« bare metal » et plus particulièrement des machines virtuelles), augmenteront de 19 % entre 2013 et 2018.

 

7) Augmentation du temps libre de l'administrateur

Le cabinet IDC estime qu'actuellement, la maintenance de routine et les activités de lutte contre l'incendie occupent environ 80 % du temps de l'administrateur. Une bonne raison d’externaliser ces fonctions à des Managed Service Provider.

Les niveaux élevés d'automatisation opérationnelle inclus dans Windows Server 2012 libéreront les effectifs qui pourront se concentrer sur le développement de nouveaux outils et applications.

 

8) Amélioration des résultats grâce à une puissance de calcul plus performante

En 2012, les systèmes x86 européens les plus puissants utilisaient 140 000 cœurs et produisaient environ 1 000 téraflops avec une consommation énergétique de 4 500 kW.

La densité des cœurs ayant augmenté en 2015, les systèmes disposent désormais de 460 000 cœurs et atteignent 6 000 téraflops. Le matériel est également devenu plus performant grâce à des processeurs consommant deux fois moins de puissance (2 300 kW) et offrant des performances jusqu'à six fois supérieures.

L'accroissement de la densité des composants permet à davantage de machines virtuelles d'être exécutées dans le même environnement. Le Tracker de serveurs IDC a révélé que le nombre moyen de cœurs par serveur est passé de six à neuf entre 2010 et 2014 en Europe de l'Ouest.

La dernière version de Windows Server prend également en charge les machines virtuelles volumineuses, qui peuvent être utilisées pour exécuter des applications exigeantes.

 

9) Réduction des frais de licence

Les entreprises qui exécutent déjà de nombreuses machines virtuelles ont l'occasion d'économiser sur les coûts de licence.

L'édition Windows Server 2012 Datacenter peut réduire les frais de licence car la facturation n'est plus basée sur le nombre d'instances de serveurs exécutées, mais sur le nombre d'emplacements processeur.

 

10) Utilisation des applications les plus récentes

La migration depuis Windows Server 2003 permet aux entreprises de passer aux applications les plus récentes proposées par leurs éditeurs de logiciels indépendants. Elles bénéficieront de fonctions d'administrabilité et de sécurité renforcées, ainsi que de performances améliorées.

Dans le cas des applications ne pouvant pas migrer ni être mises à niveau, les entreprises devront certainement mettre fin à un produit susceptible de représenter un risque de sécurité.

 

Vous souhaitez recevoir nos prochains articles sur l'hébergement, abonnez-vous à notre blog ! 

abonner blog exodata

 

Source : intel.fr

Commentaires