Retour

Dans 3 ans 40% des données seront stockées dans le Cloud public

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Le recours à des systèmes décisionnels basés sur le Cloud va croître nettement, passant de 19% aujourd’hui à 73% dans trois ans. En réalité, près de 40% des personnes interrogées qualifient le « Cloud Analytics » ou le « décisionnel dans le Cloud » de « très importants » pour leur entreprise dans cette période.

« Hadoop as a service » devrait également s’étendre de manière significative : 77% des personnes interrogées prévoient d’utiliser Hadoop dans le Cloud d’ici trois ans. Tels sont les principaux résultats de l'enquête réalisée par Talend auprès d’une centaine de responsables et directeurs informatiques, issus de moyennes et grandes entreprises qui révèlent en outre qu’en général l’utilisation d’Hadoop va doubler l’année prochaine, passant de 18 à 35%.

01. Le Cloud : une solution pilier dans la transition numérique

« Avec près de 60% de professionnels qui considèrent que l’entreprise va de plus en plus recourir au Cloud pour stocker ses données et les analyser, il est essentiel de contribuer à rationaliser cette transition et d’optimiser l’intégration dans le Cloud » déclare Ashley Stirrup, Chief Marketing Officer chez Talend. « Les résultats de cette enquête confirment l’évolution que nous avons identifiée sur le marché. Depuis la grande distribution jusqu’à la banque, la migration vers des applications Cloud concerne l’ensemble des secteurs et nécessite des solutions d’intégration capables d’être exécutées dans tout point d’un environnement hybride. »

Alors que de plus en plus de données de l’entreprise sont stockées dans le Cloud aujourd’hui, cette tendance pourrait se renforcer si l’on en croit les résultats de l’enquête qui indiquent que les données dans le Cloud public vont grimper de 27 à 40% dans les 2 ou 3 prochaines années. Les contenus et résultats des campagnes marketing représentent le type de données stockées dans le Cloud public le plus populaire, suivi par les données client, telles que des informations transactionnelles et le CRM.

Aujourd’hui, en moyenne, une entreprise gère huit applications SaaS. En réalité, seulement 6% des personnes interrogées indiquent n’exploiter aucune application SaaS. 13% se situent à l’autre extrémité et en exploitent quinze. Oracle, SAP, Salesforce et Dropbox figurent parmi les applications SaaS les plus citées.

02. Les constatations sur le développement du Cloud

Les personnes interrogées notent que les principales barrières qui freinent l’adoption de l’intégration en local sont le coût, la complexité et le manque de compétences. Alors que les jobs d’intégration en local représentent peut-être la forme d’intégration la plus courante dans les entreprises aujourd’hui, les départements informatiques reconnaissent que la forme d’intégration la plus couramment demandée par les utilisateurs métiers est l’intégration depuis des systèmes en local vers des applications SaaS.

Les résultats de l’enquête indiquent en outre que 72% des équipes informatiques ont intégré des applications SaaS avec des applications en local. Ceux qui ne l’ont pas encore fait invoquent le coût comme principale barrière. Beaucoup moins d’entreprises ont intégré des applications SaaS avec d’autres applications SaaS, car ce n’est pas une priorité informatique. Pour les entreprises étudiant l’opportunité de s’équiper de plates-formes d’intégration Cloud ou iPaaS (Integration Platform as a Service), la qualité des données et le Big Data figurent parmi les principales fonctionnalités clés, alors que la sécurité reste le principal sujet de préoccupation.

En attendant, commencez à choisir votre Managed Service Provider avec soin, pour qu’il vous accompagne dans cette transition.

Vous souhaitez recevoir nos prochains articles sur le cloud computing, abonnez-vous à notre blog !

abonner blog exodata

 

 

Source : infodsi.com